Le nouveau gouvernement du Canada se joint à l'Aga Khan afin de créer le Centre mondial du pluralisme

Ottawa (Ontario)
25 octobre 2006

LE DISCOURS PRONONCÉ FAIT FOI

Bon après-midi, Mesdames et Messieurs.

Merci,  Madame la ministre, de votre aimable introduction.

Et merci, Rahim, de tout le travail que vous avez accompli pour organiser cette journée.

Votre Altesse, chers Invités et chers Collègues, je vous souhaite la bienvenue.

Ce jour était attendu depuis bien longtemps.

Au nom du nouveau gouvernement du Canada, j’ai le grand plaisir d’annoncer que notre pays s’associe avec Son Altesse l’Aga Khan, pour créer le Centre mondial du pluralisme.

En plus de faire une contribution substantielle au fonds de dotation du Centre, le gouvernement a l’intention de conclure un contrat de bail par lequel les anciens bâtiments du musée de la guerre abriteront le siège mondial du Centre.

C’est, d’une certaine façon, transformer le métal des épées en charrues.

Ce bel édifice patrimonial est situé sur l’historique promenade Sussex.

Entre autres voisins, mentionnons les ambassades de plusieurs des pays les plus importants du monde, les résidences du Premier ministre et de la gouverneure générale, notre magnifique Musée des beaux-arts, la Monnaie Royale Canadienne et, ce qui est on ne peut plus approprié, l’immeuble prochainement terminé de la Délégation de l’Imam ismaélien.

Je pense que je peux parler au nom de tous ces voisins en accueillant le Centre mondial du pluralisme dans notre quartier.

Je peux aussi parler au nom de l’ensemble des Canadiennes et des Canadiens en accueillant le centre dans notre pays.

C’est pour nous un honneur que Son Altesse, le leader des musulmans ismaéliens du monde entier et l’un des philanthropes les plus réputés de la planète, ait choisi le Canada  comme siège de cette institution mondiale.

Un honneur en effet, mais pas une surprise.

L’Aga Khan a en effet qualifié le Canada de la « plus grande réussite de société pluraliste de la planète. »

Les Canadiennes et les Canadiens en sont fiers, Votre Altesse. Le pluralisme n’est pas seulement pour nous une ambition ou un idéal.

C’est pour nous une réalité.

Le pluralisme est le principe qui nous rassemble en tant que communautés diverses.

Il est essentiel à notre société civile et à notre prospérité économique.

Il découle de nos valeurs fondamentales que sont la liberté, la démocratie et la primauté du droit.

Des générations d’immigrants venus du monde entier ont ici trouvé la paix et la prospérité.

Ils ont trouvé l’égalité des chances, la mise en valeur des différences et l’ouverture au changement.

Ils ont trouvé un pays où vos objectifs et vos réalisations comptent davantage que vos origines ou vos fréquentations.

Un pays où des gens provenant d’une multitude de bagages culturels se sont rassemblés pour créer l’une des sociétés les plus diverses, les plus harmonieuses et les plus florissantes de la terre. 

Tout comme le Canada, la plupart des nations du monde sont composées de peuples d’ethnies, de cultures et de religions diverses.

Mais beaucoup trop d’entre elles sont soumises à des régimes qui arrivent à l’hégémonie politique en favorisant la division et les conflits entre les différentes communautés.

Ils jouent la carte du favoritisme, récompensant certains groupes et en laissant de côté ou en punissant  d’autres.

Leurs politiques alimentent l’instabilité et les conflits. Poussée à l’extrême, cette conduite peut engendrer des guerres civiles ou même des génocides.

Les sociétés pluralistes florissantes favorisent l’égale participation de tous les peuples à la vie politique, économique et socioculturelle.

Le pluralisme permet aux gens de conserver leur héritage culturel, linguistique et religieux dans un cadre de citoyenneté partagée.

Il commence dans les communautés de base, avec des familles saines et des quartiers sains.

Les enfants de différents bagages culturels se font des amis dans les cours de récréation et les terrains de sport, et leurs parents nouent des liens au sein de groupes communautaires et d’associations d’affaires.

Le maintien des traditions ethno-culturelles qui enrichissent notre société est le droit de tous au sein des familles, des congrégations religieuses et des associations culturelles et il n’enlève en rien à la citoyenneté canadienne commune qui est la nôtre.

Accueillir le Centre mondial du pluralisme ne peut que compléter les efforts que nous déployons pour faire avancer les valeurs de la liberté, de la démocratie, des droits de la personne et de la primauté du droit et en faire la destinée commune de tous les peuples du monde.

Je crois fermement que le Canada a beaucoup à apporter aux autres pays dans l’action qu’ils mènent pour trouver et préserver l’harmonie entre les divers groupes culturels.

Cette institution servira à la communauté mondiale de centre international d’excellence pour l’étude, la pratique et l’enseignement du pluralisme.

Elle exportera dans d’autres pays les modèles de pluralisme réussis.

La décision du Canada d’appuyer cette nouvelle institution fait suite à la collaboration fructueuse que notre pays entretient depuis plus de deux décennies avec le réseau du développement de l’Aga Khan. 

Nous collaborons à des projets menés dont le monde entier, y compris en Afghanistan, où le Canada finance le développement communautaire et intégré dans quatre provinces.

Le Centre mondial du pluralisme ne fera qu’approfondir et enrichir notre partenariat dans cette région et ailleurs dans le monde. 

Et maintenant, j’ai l’immense honneur de donner la parole à l’un des plus grands philanthropes du monde, un homme qui a voué sa vie à la promotion de la paix, un messager d’espoir et de bonne volonté pour l’humanité, Son Altesse l’Aga Khan.