Le Premier ministre Harper rend hommage au <> du hockey organisé

MONTRÉAL
22 mai 2008

Merci beaucoup, Michael, de cette aimable présentation. Monsieur Fasel, Monsieur Nicholson, un concitoyen de Calgary. Merci d’être avec nous.

Monsieur Boivin. Mesdames et Messieurs. J'ai oublié Monsieur le Maire. C'est votre ville ici. Je tiens tout d’abord à remercier toutes les organisations représentées ici de m'avoir invité aujourd'hui.

Comme vous pourrez le constater dans un moment, nous célébrons aujourd’hui, par un heureux hasard, deux projets distincts, l’un parrainé par la Fédération internationale de hockey sur glace en collaboration avec la Ville de Montréal, et l’autre par le gouvernement du Canada.

Je suis ravi d'être ici pour concrétiser ces deux projets chez les Canadiens de Montréal. Au Canada, le hockey est plus qu'un simple jeu. Il fait partie de notre mode de vie, et voilà pourquoi j'ai l'immense plaisir aujourd'hui de rendre hommage à James George Aylwin Creighton, l'un des plus influents pionniers de notre sport d'hiver national. Il est approprié de l'honorer à Montréal, car c'est ici qu'il a organisé, il y a 133 ans, la première partie de hockey intérieur et qu’il a ainsi jeté les bases du hockey moderne. Nous nous joignons pour cette occasion à la Fédération internationale de hockey sur glace, qui elle rend hommage à la ville de Montréal, et plus précisément à sa célèbre patinoire Victoria, sur laquelle s’est déroulée cette première partie historique. Nous rendons cet hommage ici au Centre Bell, tout près d’où se trouvait cette patinoire, et où évolue bien sûr aujourd’hui la plus célèbre équipe de toute l’histoire du hockey professionnel, le club de hockey Le Canadien de Montréal, un club qui célébrera son 100e anniversaire l’an prochain, comme l’a mentionné Michael. 

Je suis un mordu de hockey et je veux toujours en savoir plus sur la façon dont notre sport a évolué au fil des siècles depuis les anciens jeux auxquels les humains jouaient avec des bâtons et des balles. L'évolution du hockey, comme tout autre sport, a toujours été un processus graduel. Creighton mérite cette marque de reconnaissance, car c'est lui qui a donné au hockey un caractère officiel en en faisant un sport intérieur, en établissant des équipes régulières qui, à l’origine, soit dit en passant, se composaient de 9 joueurs chacune, et en contribuant à définir les règles de base qui régissent le sport que nous connaissons aujourd'hui. C’est grâce en bonne partie à Bill Fitsell, qui est avec nous aujourd’hui, que nous savons tout cela. Bill est celui qui a fondé la Society for International Hockey Research. En fait, sans les recherches historiques assidues de Bill, Creighton aurait disparu de nos mémoires. Il a raconté son histoire dans un livre paru en 1987 intitulé Hockey's Captains, Colonels and Kings. On y raconte comment ce jeune homme originaire de Halifax jouait depuis son enfance à un jeu tantôt appelé hurley, whicket, ricket ou encore « brise-tibia » sur les patinoires extérieures. Creighton a apporté avec lui à Montréal son amour du jeu. C’est dans cette ville en effet que le 3 mars 1875, il organisa la toute première compétition intérieure à la célèbre patinoire Victoria. Il avait rédigé ce qu’on a appelé les « règlements de Halifax » qui ont régi la partie et a été le capitaine de l’équipe qui a remporté la victoire ce soir-là. 

Creighton a fait la promotion du hockey d'abord à Montréal, puis à Ottawa et partout en Ontario, et il est probablement l'homme qui a fait connaître ce sport à la famille du gouverneur général Lord Stanley.

À Montréal, Creighton est devenu le capitaine d’une des équipes qui jouaient régulièrement. En fait, c’est lui qui a été le capitaine de la première équipe organisée, composée de membres du Club de football de Montréal, et après être déménagé à Ottawa, il a contribué à la création du club de hockey du Parlement et du Gouverneur général, mieux connu sous le nom de « Rideau Rebels ». Les Rebels ont réussi à répandre « la fièvre du hockey » dans tout l’Ontario et en particulier au sein de la famille du gouverneur général Lord Stanley. En d’autres mots, Creighton est en quelque sorte le père du hockey. C’est un article de l’historien torontois de hockey D’Arcy Jenish publié l’an dernier dans la revue Légion qui m’a remis tout cela en mémoire. À Ottawa, Creighton était un citoyen bien en vue. Il a été notamment juriste au Sénat pendant 48 ans, un mandat record jamais égalé pour un haut fonctionnaire du Parlement. Il était tellement célèbre que le Premier ministre Sir Robert Borden a assisté à ses funérailles. Aujourd’hui toutefois, Creighton est enterré dans un tombeau anonyme au cimetière Beechwood d’Ottawa. Bien qu’il n’ait jamais revendiqué de rôle particulier dans la création de notre sport national, il me semblait fort mal récompensé de son humilité. Le gouvernement a donc communiqué avec Parcs Canada pour faire de Creighton un personnage historique national du Canada. 

Je tiens à remercier la Commission des lieux et monuments historiques du Canada d’avoir approuvé la désignation de James George Aylwin Creighton à titre de personnage historique et j'aimerais remercier tous ceux et celles qui ont contribué à donner à l'histoire de Creighton la reconnaissance qu'elle mérite. La plaque que nous dévoilons aujourd’hui assurera que sa contribution au hockey sera reconnue par les futures générations de Canadiens et Canadiennes. J’aimerais terminer en faisant un peu de promotion pour la Society for International Hockey Research, représentée ici aujourd’hui je crois par son président, James Milks. La société recueille des fonds afin que le lieu de repos final de Creighton soit identifié à Ottawa. Merci beaucoup.

Vidéo