Nouveaux projets de développement dans des pays africains membres de la francophonie

Montreux (Suisse)
24 octobre 2010

Le 23 octobre, le gouvernement du Canada a annoncé la mise en œuvre des neuf nouveaux projets suivants dans des pays de la Francophonie africaine. Ils portent essentiellement sur les priorités thématiques clés du Canada pour une aide efficace : accroître la sécurité alimentaire, assurer aux enfants et aux jeunes un avenir meilleur et stimuler une croissance économique durable.

Projets relatifs à la sécurité alimentaire

• Le Projet d’aide à la sécurité alimentaire et à la nutrition au Sénégal (5 millions de dollars sur deux ans) vise à réduire la sous-alimentation et la faim chronique chez 266 000 personnes, grâce à des banques céréalières, à des programmes de travail rémunéré en vivres, à la remise en état des terres agricoles, à la reforestation et à la protection de l’environnement. Le Programme alimentaire mondial est l’organisme d’exécution.

• Le Programme panafricain de l’agriculture (3 millions de dollars sur trois ans) offre du financement dans toute l’Afrique et vise à aider plus de 100 000 agriculteurs à petite échelle et bergers à recourir à de meilleures pratiques d’élevage et de cultures agricoles ainsi qu’à des pratiques durables de gestion des terres et de l’eau. Les fonds aideront également près de 200 organisations d’agriculteurs à recueillir des renseignements et à mettre au point des pratiques sur le plan agricole ainsi qu’à les diffuser à leurs membres. L’Association de coopération et de recherches pour le développement est l’organisme d’exécution.

Projets relatifs aux enfants et aux jeunes

• Le Programme de stages internationaux pour les jeunes – Burkina Faso (90 000 dollars sur 12 mois) aidera six stagiaires canadiens à soutenir des organisations locales vouées au développement du secteur privé et à la durabilité de l’environnement. Le Centre de solidarité internationale du Saguenay–Lac-St-Jean est l’organisme d’exécution.

• Le Programme de stages internationaux pour les jeunes – Mali (90 000 dollars sur 12 mois) aidera six stagiaires canadiens à soutenir des organisations locales qui répondent aux besoins de populations vulnérables en matière de nutrition. Le Comité de solidarité / Trois Rivières est l’organisme d’exécution.

• Le Projet d’appui à la lutte contre la violence faite aux filles et aux jeunes femmes dans la région des Grands Lacs (13,5 millions de dollars sur sept ans) vise à mieux protéger jusqu’à 700 000 filles et jeunes femmes contre les effets physiques et psychologiques de la violence sexuelle. Le Centre d’études et de coopération internationale travaillera avec la Concertation des collectifs des associations féminines de la région des Grands Lacs  (COCAFEM/GL) en vue de mettre en œuvre le projet. Ensemble, ils élaboreront des protocoles d’aide aux victimes et sensibiliseront le public à la réalité des victimes par l’éducation, la formation et le dialogue politique.

Projets relatifs à la croissance économique durable

• Le prolongement du Programme de renforcement des capacités de l’autorité chargée du bassin du fleuve Niger (5,95 millions de dollars de plus sur quatre ans) vise à améliorer la gestion de l’eau et ainsi à aider les millions de personnes qui dépendent du fleuve Niger sur le plan de la production agricole, de la pêche, du transport, de la production énergétique, de l’emploi et du revenu. Grâce à une aide organisationnelle, physique et financière, l’autorité chargée du bassin du fleuve Niger fera participer activement les utilisateurs des ressources naturelles du bassin du fleuve Niger ainsi que les nations membres à la gestion intégrée des ressources en eau.

• Le Projet d’aide au secteur de la microfinance du Bénin (12,1 millions de dollars sur sept ans) vise à offrir à un million de personnes, dont 20 % de la population adulte, un meilleur accès à des services financiers. Développement International Desjardins s’emploiera à renforcer la capacité du gouvernement de maîtriser l’activité de microfinance au Bénin, ce qui permettra d’accroître la sécurité des économies des ménages à faibles revenus. Le projet permettra aussi à quelques institutions de microfinance d’étendre leur accessibilité auprès des clients et d’offrir des services mieux adaptés aux besoins de l’économie. Il permettra enfin à un groupe de coopératives de crédit de créer un centre d’entrepreneurship qui financera des petites entreprises n’ayant pas accès aux banques commerciales.

• Le Programme régional du bassin du Congo en appui de la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) (7,80 millions de dollars sur six ans) vise à coordonner des initiatives infrarégionales liées à la conservation et à la gestion durable des forêts du bassin du Congo. Ce faisant, il vise à renforcer la croissance économique des pays de ce bassin par la gestion durable des ressources naturelles et de leurs produits dérivés, comme le bois d’œuvre, l’écotourisme, les produits médicaux et l’agroforesterie. Le Canada fournit un soutien à la facilitation du Partenariat pour les forêts de ce bassin, une association regroupant 54 organisations gouvernementales, non gouvernementales et internationales qui travaillent en étroite collaboration avec la COMIFAC en vue de promouvoir la conservation et la gestion durable des écosystèmes forestiers du bassin du Congo et ainsi de protéger la biodiversité de la région, de promouvoir la bonne gestion des forêts et d’améliorer le niveau de vie de la population.

• Le Projet de renforcement de l’enseignement supérieur en matière de relations avec les intervenants en Afrique (2,2 millions de dollars sur trois ans) offre du financement à toute l’Afrique et vise à harmoniser les efforts stratégiques des universités avec les priorités du développement socio-économique local et à aider le Secrétariat de l’Association des universités africaines et ses institutions membres à accroître leur capacité de travailler avec des intervenants et de répondre aux enjeux locaux et nationaux en matière de développement. L’Association des universités et des collèges du Canada est l’organisme d’exécution.