Doubler la portée du programme Emplois d’été Canada

Ottawa (Ontario)
12 février 2016

Emplois d’été Canada (EEC) accorde une aide financière à des organismes sans but lucratif, à des employeurs du secteur public ainsi qu’à de petites entreprises du secteur privé comptant 50 employés ou moins afin d’aider à créer des possibilités d’emplois d’été pour les étudiants. Le programme permet également d’assurer la prestation de divers et d’importants services communautaires, que ce soit dans le cadre d’organismes de services aux jeunes, de camps d’été, ou de services destinés aux aînés. Les étudiants y acquièrent des compétences transférables comme la capacité de parler en public, la gestion du temps et le sens de l’organisation.

Le 12 février 2016, le gouvernement du Canada a annoncé qu’il doublera le nombre d’emplois d’été, le faisant passer de plus de 34 000 en 2015 à près de 70 000 en 2016, 2017 et 2018. Cette nouvelle aide financière sera répartie parmi les 338 circonscriptions du Canada en fonction de la plus récente Enquête sur la population active et du recensement. Ainsi, les circonscriptions affichant les taux les plus élevés d’étudiants sans emploi se verront accorder plus de ressources que celles dont le taux d’étudiant sans emploi est moindre. L’augmentation du budget annuel d’Emplois d’été Canada pourrait atteindre 113 millions de dollars pour chacune des trois prochaines années, à compter de 2016-2017.

En ce qui a trait aux organismes sans but lucratif, l’aide financière accordée dans le cadre de ce programme pourrait atteindre jusqu’à 100 p. 100 du salaire minimum et jusqu’à 100 p. 100 des charges sociales obligatoires de l’employeur. Pour leur part, les employeurs du secteur public et du secteur privé peuvent se voir accorder jusqu’à 50 p. 100 du salaire minimum.

Les employeurs admissibles à l’aide financière doivent accepter d’embaucher des jeunes :

  • qui ont de 15 à 30 ans au début de l’emploi;
  • qui étaient inscrits comme étudiants à temps plein au cours de l’année scolaire précédente et qui ont l’intention de poursuivre leurs études à temps plein au cours de l’année scolaire suivante;
  • qui sont citoyens canadiens, résidents permanents ou désignés comme réfugiés en vertu de la Loi sur l’immigration et la protection des réfugiés;
  • qui sont légalement autorisés à travailler au Canada conformément aux dispositions législatives réglementaires en vigueur dans la province ou le territoire visé.

Les demandes seront évaluées, et les députés participants veilleront à ce que les priorités locales soient respectées en fonction des critères suivants :

  • emplois axés sur le service aux communautés locales;
  • emplois qui appuient les priorités locales;
  • emplois qui appuient les priorités nationales;
  • emplois permettant aux étudiants d’acquérir une expérience liée à la carrière ou d’occuper un premier emploi;
  • emplois offrant un salaire permettant de contribuer au revenu de l’étudiant;
  • emplois qui offrent une supervision et un encadrement de la part de l’employeur;
  • emplois liés à des activités destinées aux membres de communautés minoritaires de langue officielle et appuyant la vitalité de ces dernières;
  • emplois pour lesquels les employeurs favorisent l’embauche d’étudiants prioritaires (étudiants handicapés, étudiants autochtones, et étudiants qui sont membres d’une minorité visible).

Voici des exemples de priorités locales possibles :

  • événements spéciaux (événements sportifs, culturels ou autres qui sont d’envergure locale, provinciale ou territoriale, nationale ou internationale), y compris le 150e anniversaire de la Confédération;
  • lieux (comme des zones rurales ou éloignées ou des endroits où le taux de chômage est élevé);
  • secteurs (comme le tourisme, la culture, l’agriculture ou le secteur privé).

Les employeurs peuvent soumettre une demande en ligne à l’adresse servicecanada.gc.ca/fra/dgpe/ij/pej/programme/pce.shtml. Pour de plus amples renseignements au sujet des demandes, veuillez composer le 1-800-935-5555, ou vous rendre à un Centre Service Canada.

Les demandes des employeurs doivent être soumises d’ici le 11 mars 2016.

Cette annonce est liée au premier engagement du gouvernement du Canada à l’égard des jeunes en vertu du Bon plan pour renforcer la classe moyenne, qui prévoit également l’amélioration d’autres éléments de la Stratégie emploi jeunesse et du programme de préapprentissage.