Vancouver (Colombie-Britannique)
7 novembre 2016

Les Canadiens dépendent de leurs côtes et de leurs voies navigables pour gagner leur vie, importer des biens et exporter des produits canadiens. Les Canadiens les chérissent également pour des motifs culturels et récréatifs. C’est pourquoi tous les Canadiens profiteront du Plan de protection des océans. Ce plan contribuera à assurer la sécurité et la propreté des eaux et des côtes du Canada pour que nous puissions en profiter aujourd’hui, tout en les protégeant pour les générations à venir. Les trois littoraux du Canada – la côte Ouest, la côte de l’Arctique et la côte Est – sont visés par des initiatives spécifiques dans le cadre du Plan de protection des océans. En voici quelques-unes.


Côte Ouest

Peu de gens comprennent mieux les défis propres à la côte Ouest du Canada que les communautés autochtones et côtières qui y vivent. Le Plan de protection des océans mettra à profit ce savoir traditionnel en créant de nouvelles équipes d’intervention communautaires autochtones qui fourniront de la formation en matière de recherche et sauvetage, d’intervention environnementale et de commandement des interventions. Cela permettra à ces communautés de jouer un rôle accru dans la sécurité maritime. Des possibilités de leadership partagé entre les communautés autochtones et locales dans un certain nombre de domaines liés à la gestion locale de la navigation des navires seront également offertes.

Le Plan de protection des océans prévoit l’augmentation de la capacité de remorquage sur la côte Ouest afin de permettre le remorquage de grands navires et de porte-conteneurs. À partir de projets pilotes menés antérieurement, un nouveau plan d’intervention régional en cas de déversement d’hydrocarbures pour la région nord de la côte Ouest sera élaboré pour assurer une intervention plus efficiente et efficace à la suite d’éventuels incidents maritimes dans ce secteur. Quatre nouveaux postes d’embarcations de sauvetage seront construits dans des endroits stratégiques afin de réduire les délais d’intervention.


Côte de l’Arctique

Pour les résidents du Nord du Canada, le transport maritime constitue un lien vital. Les navires apportent de la nourriture et d’autres biens nécessaires à la survie, tout en offrant des emplois d’une importance cruciale. Dans le cadre du Plan de protection des océans, le gouvernement du Canada fera des investissements afin de rendre les opérations de ravitaillement dans l’Arctique plus rapides, sécuritaires et efficaces pour les communautés éloignées. De plus, une Garde côtière auxiliaire canadienne sera créée pour l’Arctique, ce qui augmentera la capacité de répondre aux urgences et aux incidents liés à la pollution à l’aide de jusqu’à huit nouveaux bateaux communautaires d’intervention. Un poste d’embarcations de sauvetage côtier saisonnier sera également créé, ce qui rehaussera la capacité de recherche et sauvetage dans le Nord.

La présence de brise-glaces de la Garde côtière canadienne dans l’Arctique sera également prolongée afin d’aider les marins plus tôt et plus tard durant la saison.

À l’échelle internationale, la surveillance aérienne est considérée comme la méthode la plus efficace pour détecter les déversements d’hydrocarbures. Le Plan de protection des océans prévoit l’amélioration des opérations nordiques du Programme national de surveillance aérienne du Canada. Cela permettra d’améliorer le signalement de pollution marine locale, la capacité de recherche et sauvetage et la surveillance par satellite de navires au large, ce qui favorise également la souveraineté du Canada.


Côte Est

À l’heure actuelle, la côte Est compte parmi les routes de navigation les plus achalandées du pays. Le transport maritime a toujours fait partie de l’identité du Canada atlantique, ce qui explique la longue tradition et l’attachement de cette région à l’égard de la sécurité du transport maritime. Dans le cadre du Plan de protection des océans, on procédera à la réouverture du centre secondaire de sauvetage maritime de St. John’s, à Terre-Neuve-et-Labrador, et deux nouveaux postes d’embarcations de sauvetage seront ouverts dans des endroits stratégiques en vue d’accroître la capacité d’intervention locale aux incidents maritimes et de répondre aux besoins uniques de la région en matière de recherche et sauvetage. La réouverture du centre donnera également un emploi aux gens qui ont un savoir-faire et des connaissances liées à ce secteur. De plus, afin de mieux comprendre la façon d’aider les mammifères marins de la baie de Fundy à prospérer, des investissements seront faits afin d’étudier leur comportement et leur écosystème.

Des incidents maritimes peuvent survenir n’importe où dans le monde, et aucune approche n’est la meilleure dans tous les cas. Le Plan de protection des océans prévoit des investissements dans le Centre de recherche sur le pétrole, le gaz et autres sources d’énergie extracôtières de Dartmouth, en Nouvelle-Écosse, afin d’augmenter la collaboration scientifique internationale relativement aux interventions à la suite de déversements d’hydrocarbures.


Les côtes du Canada : Défis communs

Les côtes du Canada possèdent leurs caractéristiques uniques, mais elles partagent également des défis communs. Le Plan de protection des océans permet de relever ces défis grâce aux mesures suivantes : des changements seront apportés à la réglementation, notamment la mise en œuvre d’une réponse plus rigoureuse à la suite de déversements d’hydrocarbures; les principaux navires de la Garde côtière canadienne affectés à toutes les côtes seront dotés de dispositifs de remorquage; des investissements en sciences et technologie aideront à fournir aux marins, aux communautés autochtones et côtières un accès en temps réel aux renseignements concernant les activités de navigation ainsi que des outils, ce qui favorisera la sécurité de la navigation dans les eaux locales; le Service hydrographique du Canada du secteur des sciences du MPO fera des progrès en ce qui concerne l’hydrographie et la cartographie de secteurs clés des côtes du Canada – les plus étendus du monde – et de voies navigables intérieures comme la Voie maritime du St-Laurent; et des recherches auront lieu sur les conséquences de la navigation pour les écosystèmes marins.

Le Plan de protection des océans prévoit également un ensemble exhaustif de mesures visant les navires abandonnés et désertés et les épaves, et rend notamment les propriétaires responsables des coûts du nettoyage. Le gouvernement du Canada travaillera en collaboration avec les provinces, les territoires, les municipalités et les organisations autochtones pour appuyer le nettoyage de petits navires qui constituent un risque, et il adoptera une rigoureuse approche selon le principe du pollueur-payeur pour les futures opérations de nettoyage de navires. Cela contribuera à empêcher les navires problématiques, par exemple le Manolis L au large de Terre-Neuve-et-Labrador, le Kathryn Spirit à Beauharnois, au Québec, et le Viki Lyne II à Ladysmith Harbour, en Colombie-Britannique, d’être un fardeau pour les communautés locales.

Produits connexes