Main Container

logo

Déclaration du premier ministre à l’occasion du deuxième anniversaire du rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Main Content

Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion du deuxième anniversaire de Réclamer notre pouvoir et notre place, le rapport final de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées :

« Aujourd’hui, nous honorons la mémoire des personnes qui ont été enlevées et de celles qui restent disparues. Nous rendons hommage aux familles et aux survivantes dont la vie a été changée à jamais par la violence. Nous reconnaissons la force et la résilience des femmes, des filles et des personnes bispirituelles et LGBTQ autochtones. Nous exprimons également notre reconnaissance à tous ceux qui ont plaidé en faveur de l’Enquête nationale, y ont contribué et ont sensibilisé le public à cette tragédie nationale qui perdure.

« L’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées a présenté son rapport final il y a deux ans aujourd’hui, confirmant une réalité déchirante : pendant des générations, le Canada a manqué à son devoir envers les peuples autochtones. Le rapport mettait en lumière des violations systémiques et des atteintes aux droits de la personne, y compris les droits inhérents, les droits issus de traités et les droits constitutionnels. Ces manquements ont conduit à la disparition et à l’assassinat tragiques de femmes, de filles et de personnes bispirituelles et LGBTQ autochtones.

« Le gouvernement du Canada a reçu et reconnu les conclusions du rapport et, depuis la publication de celui-ci, a travaillé en étroite collaboration avec les familles et les survivantes, les Premières Nations, les Inuits et les Métis, les organisations autochtones ainsi que les provinces et les territoires pour élaborer un plan d’action national. Aujourd’hui, nous procédons au lancement de ce plan et faisons ensemble un pas de plus vers le changement transformationnel nécessaire pour mettre fin à la violence à l’égard des femmes, des filles et des personnes bispirituelles et LGBTQ autochtones, et leur redonner le pouvoir et la place qui leur revient dans une société où elles sont respectées, en sécurité et traitées de manière égale. Je salue tous ceux qui ont pris part à l’élaboration de ce plan, en particulier les familles et les survivantes dont le courage est au cœur de ce travail important.

« Dans le cadre de notre contribution fédérale au plan d’action national, la Voie fédérale, nous travaillerons de près avec les familles et les survivantes, les organisations communautaires et les dirigeants autochtones à l’adoption d’une approche exhaustive qui nous permettra d’en finir avec le racisme systémique, le sexisme, la discrimination fondée sur la capacité physique et les inégalités économiques qui ont perpétué la violence envers les femmes, les filles et les personnes bispirituelles et LGBTQ autochtones. Fidèle aux thèmes du rapport final de l’Enquête nationale, la Voie fédérale s’articule autour de quatre thèmes : la culture, la santé et le bien-être, la sûreté et la sécurité humaine, et la justice. Nous proposons de nouveaux investissements sans précédent de 2,2 milliards de dollars sur cinq ans, et 160,9 millions de dollars par la suite, pour appuyer la mise en œuvre des initiatives dans la Voie fédérale. Ce nouveau financement s’inscrit dans l’investissement de 18 milliards de dollars prévu dans le Budget 2021 pour améliorer la vie des peuples autochtones et faire avancer la réconciliation.

« Cependant, de nouveaux fonds ne permettront pas de retrouver les vies que nous avons perdues ni de guérir la douleur que tant de personnes ressentent. À mesure que nous progressons, nous devons tous contribuer à mettre fin à cette tragédie et à exposer la vérité au sujet de ces injustices. De concert avec les familles, les survivantes, nos partenaires autochtones et les gouvernements des provinces et des territoires, nous continuerons de donner suite au rapport final de l’Enquête nationale de manière à honorer la mémoire des disparues, à provoquer un changement transformationnel et à protéger les générations présentes et futures. »