Main Container

logo

Déclaration du premier ministre à l’occasion de la Fête nationale des Acadiens

Main Content

Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd’hui la déclaration suivante à l’occasion de la Fête nationale des Acadiens :

« Aujourd’hui, nous célébrons le riche patrimoine acadien et soulignons les contributions exceptionnelles qu’apportent les Acadiens à notre tissu national.

« L’histoire des Acadiens est celle d’une résilience et d’une persévérance extraordinaires. Bravant l’exil, les déplacements forcés et la discrimination, les Acadiens ont réussi au fil des siècles à faire survivre et briller leur culture, leurs traditions et leur langue.

« C’est cette identité sans pareille que nous célébrons aujourd’hui. Il y a maintenant 140 ans, les délégués de la Convention nationale acadienne de Memramcook ont choisi le 15 août comme date de leur Fête nationale. Chaque année depuis ce moment historique, les Acadiens, et tous ceux passionnés par l’Acadie, se réunissent pour fêter une communauté dynamique et solidaire qui montre à quel point sa devise “l’union fait la force” la caractérise bien.

« Cette année encore, la Fête nationale ne fera pas exception. Qu’elles aient lieu en personne, de façon virtuelle ou de manière hybride, des fêtes communautaires proposeront des repas traditionnels, des concerts, des feux d’artifice et des tintamarres pour promouvoir la culture acadienne et le fait français en Acadie.

« De telles célébrations affichent la vitalité de nos communautés et contribuent à façonner un Canada plus ouvert et encore plus riche en diversité. Elles font aussi partie de notre relance économique. C’est pourquoi le gouvernement continuera de soutenir les événements communautaires et d’investir pour revitaliser le tourisme, pour que nous puissions tous découvrir les lieux et activités formidables que notre pays a à offrir.

« Au nom du gouvernement du Canada, Sophie et moi souhaitons une joyeuse Fête nationale des Acadiens à tous ceux au Canada et à travers le monde qui la célèbrent aujourd’hui. »