Main Container

Le premier ministre Justin Trudeau

Main Content

Allocution du premier ministre sur le soutien offert aux Canadiens pendant la COVID-19

LA VERSION PRONONCÉE FAIT FOI

Bonjour à tous.

Je suis heureux d’être ici en compagnie de la Dre Tam et du Dr Njoo.

Je tiens tout d’abord à faire le point sur la COVID-19.

Au cours des derniers jours, l'Ontario et le Québec ont signalé le plus grand nombre de cas jamais enregistrés.  

Partout au pays, les cas de COVID-19 ont continué d’augmenter, y compris dans les établissements de soins de longue durée.

Ce n’est certainement pas là où on voulait en être à l’approche de l’Action de grâce.

Toutefois, même si on ne pourra pas se réunir pendant la longue fin de semaine qui s’en vient, on peut encore changer les choses avant Noël.  

Je vous demande, s’il vous plaît, de continuer à porter le masque, de garder vos distances et de vous laver les mains.

On le répète souvent, je le sais, mais c’est parce que ces petits gestes peuvent faire une grande différence.

Et si vous ne l’avez pas déjà fait, téléchargez gratuitement l’application Alerte COVID à partir de l’App Store ou de Google Play. Elle protège votre vie privée.

Il s’agit d’un autre outil qui vous permet d’assurer votre sécurité et celle des autres.

Sept provinces y adhèrent maintenant, et le gouvernement du Québec fera une annonce à ce sujet très bientôt.

Plus il y a d’utilisateurs, plus cet outil sera utile.

En Ontario, plus de 600 personnes ont déjà reçu un résultat positif au test de dépistage, et l’application a permis d’aviser les milliers de gens qui ont été en contact avec ces personnes.

Le moment est venu pour nous tous d’utiliser cette application.

La priorité numéro un de notre gouvernement, c’est la sécurité des gens.

Nous nous sommes maintenant procuré plus de deux milliards d’articles de protection individuelle pour les Canadiens.

Au cours du mois dernier, notre gouvernement a livré des dizaines de millions d’articles aux provinces et aux territoires – qu’il s’agisse d’écrans faciaux, de masques, de blouses ou de gants.

Au sujet des instruments de dépistage comme les écouvillons, nous avons non seulement approvisionné les provinces et les territoires, mais on a aussi maintenant deux entreprises canadiennes qui sont autorisées à fournir des écouvillons fabriqués ici, au pays, avec des imprimantes 3D.

Pour les vaccins, la semaine passée, Santé Canada a reçu sa première demande d’autorisation pour le candidat-vaccin AstraZeneca, auquel on s’est assuré d’avoir accès.

C’est une autre étape franchie pour veiller à ce que les Canadiens obtiennent un vaccin sûr et efficace le plus tôt possible.

Notre gouvernement continuera de prendre toutes les mesures nécessaires pour aider les gens à traverser cette crise, et ce, aussi longtemps qu'il le faudra.   

Hier, j'ai eu un entretien très productif avec le maire Tory de Toronto au sujet des défis auxquels est confrontée la plus grande ville du Canada.

Et plus tard aujourd'hui, je vais m'entretenir avec le maire Watson d'Ottawa et le maire Brown de Brampton.

Je vais aussi bientôt parler avec la mairesse Plante de Montréal, et je viens juste de parler avec le maire Labeaume de Québec.  

Pour vaincre ce virus, il faut adopter une approche pancanadienne. Et nous sommes là pour les Canadiens d’un bout à l’autre du pays. 

Le gouvernement fédéral est prêt à apporter un soutien. En effet, on a mis sur pied une équipe d’intervention en matière de dépistage de la COVID qui peut être déployée rapidement partout au Canada.

Les laboratoires fédéraux fournissent également une aide d'urgence pour le traitement des tests, notamment pour l'Ontario, où 1 000 tests sont effectués chaque jour.

Et d’autres laboratoires fédéraux se joindront à cet effort.

En ce qui concerne la recherche de contacts, nous avons conclu des accords avec l'Ontario, le Québec et l'Alberta, et d'autres accords sont prévus pour les autres provinces et territoires.    

Cinq cents agents de recherche de contacts à temps plein ont été déployés en Ontario, dont 30 à Ottawa.

Par ailleurs, nous allons de l'avant avec des programmes qui profitent directement aux Canadiens.

À compter de ce matin, les demandes pour la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique ainsi que les demandes pour la Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants sont maintenant acceptées.

Ces deux programmes s’adressent aux Canadiens qui ont contracté la COVID-19 et qui ne reçoivent pas de congé de leur employeur, et à ceux qui doivent prendre soin d’un enfant ou d’un parent qui a contracté la maladie.

Si vous avez besoin de cette aide, rendez-vous sur l’outil en ligne en passant par le site Canada.ca pour accéder à la section Mon dossier de l’ARC, ou composez le 1-800-959-2019 or 1-800-959-2041.

La semaine prochaine, le processus s’ouvrira pour les gens qui sont directement touchés par la COVID-19, mais qui ne sont pas admissibles à l’AE afin de recevoir les demandes pour la Prestation canadienne de la relance économique.

Ces trois prestations – la Prestation canadienne de la relance économique, la Prestation canadienne de la maladie pour la relance économique et la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants – sont là pour vous.

Cet automne s’annonce très difficile pour bon nombre de Canadiens, y compris les jeunes.

Aux étudiants :

Je sais que cette Action de grâce, et l’année en entier d’ailleurs, ne vont pas se dérouler comme vous l’aviez imaginé.

Même si les choses seront différentes cette fin de semaine, j'espère que vous pourrez quand même passer un peu de temps, probablement en ligne, avec vos proches.  Si vous vous sentez dépassés par les événements ou si vous éprouvez des difficultés, demandez de l’aide.

Vous avez tout un réseau – famille, amis, enseignants – à votre disposition.

Je sais que nous traversons tous une période très difficile en ce moment. Mais nous avons besoin de vous, de votre force, de votre résilience et de votre vision pour l'avenir. Nous continuerons d’être là pour vous. Tout va bien se passer.

À ce propos, je voudrais souligner la Journée mondiale des enseignants.

En tant que père et enseignant, je sais à quel point l’éducation est importante.

À tous nos enseignants et éducateurs d’un bout à l’autre du pays, je tiens à vous dire merci.

Ce n’est pas facile, et la situation est loin d’être idéale.

Mais malgré tout, vous continuez de faire un travail incroyable.

Chaque jour, vous êtes dévoués et vous faites une énorme différence dans la vie des jeunes.

Plus tard aujourd’hui, on va annoncer le nom des 71 éducateurs exceptionnels de partout au pays qui vont se voir remettre les Prix du premier ministre pour l’excellence dans l’enseignement.

Ce sont des gens qui croient en nos enfants et, ce faisant, ils contribuent à bâtir un avenir plus prometteur pour nous tous.

Vous aidez les jeunes à composer avec une nouvelle réalité beaucoup plus difficile alors que vous devez vous‑mêmes vous adapter à de nouvelles règles de santé et à l'apprentissage en ligne.

Vous êtes là pour nos enfants, et je veux que vous sachiez que notre gouvernement sera là pour vous.

Nous avons créé le Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire, d’une valeur de 2 milliards de dollars, pour assurer votre sécurité et celle de vos élèves.

Grâce à ce fonds, les écoles publiques d’Edmonton ont pu effectuer des tests de dépistage rapide pour protéger leur personnel et leurs élèves.

Les écoles de London, en Ontario, quant à elles, ont pu acheter plus d’équipement de protection individuelle et embaucher d’autres enseignants.

Cet investissement vise à assurer la santé en salle de classe d’un bout à l’autre du pays.

Comme on l’a fait par l’entremise du Fonds pour une rentrée scolaire sécuritaire, on va continuer de trouver d’autres moyens d’assurer la sécurité de tous les Canadiens.

Aplatir la courbe – que ce soit dans les écoles ou les milieux de travail – c’est notre priorité absolue pour les prochaines semaines.

Enfin, je tiens à informer les Canadiens que j'ai demandé au ministre des Affaires étrangères de se rendre en Europe pour discuter avec nos alliés de l'évolution de la situation en Europe orientale et dans le Caucase, en particulier dans le Haut-Karabakh.

Merci beaucoup.