Xeni Gwet’in (Colombie-Britannique) - 3 novembre 2018

Si nous voulons renouveler la relation entre le Canada et les peuples autochtones, nous devons reconnaître les erreurs du passé. En nous réunissant dans un esprit de collaboration et en affirmant notre respect et notre reconnaissance des droits autochtones, nous pouvons réaliser des progrès concrets sur la voie de la réconciliation et ce, au profit de tous les Canadiens.

Hier, le premier ministre Justin Trudeau a rencontré les membres de la Nation des Tŝilhqot’in sur leur territoire pour faire en personne une déclaration d’exonération pour six chefs de la Nation des Tŝilhqot’in. Le premier ministre avait initialement fait cette déclaration à la Chambre des communes le 26 mars 2018.

L’exonération posthume des six chefs de la Nation des Tŝilhqot’in, le chef Lhats’asʔin, le chef Biyil, le chef Tilaghed, le chef Taqed, le chef Chayses et le chef Ahan, témoigne de l’engagement du gouvernement du Canada à parvenir à une véritable réconciliation.

Au cours de la visite, le premier ministre Justin Trudeau, la ministre des Relations Couronne‑Autochtones Carolyn Bennett et les membres de la Nation des Tŝilhqot’in ont réaffirmé leur vision et leurs priorités communes pour l’avenir en signant une lettre concernant la voie à suivre. La lettre précise les engagements pris à l’égard des étapes à franchir pour faire avancer leur autodétermination. Le Canada s’engage aussi à travailler avec la Nation des Tŝilhqot’in pour répondre aux besoins de ses communautés en matière de logement et d’infrastructures.

La visite constitue un pas important en avant dans la reconnaissance et la mise en œuvre des droits de la Nation des Tŝilhqot’in.

Citations

« Il était important pour moi de rencontrer les membres de la Nation des Tŝilhqot’in et de faire en personne cette déclaration d’exonération pour six chefs et héros de la Nation, qui ont été traités et jugés comme des criminels. En travaillant avec les dirigeants, les aînés et les jeunes de la Nation des Tŝilhqot’in, nous pouvons bâtir une nouvelle relation fondée sur le respect, la reconnaissance des droits, la collaboration et le partenariat. Ensemble, nous pouvons bâtir un avenir meilleur pour les peuples des Tŝilhqot’in, l’ensemble du Canada et les générations à venir. »
Le très hon. Justin Trudeau, premier ministre du Canada

« En tant que représentants de la Nation des Tŝilhqot’in, nous sommes honorés d’accueillir le premier ministre sur nos terres visées par un titre ancestral. Cet événement a pour but la guérison. Ce jour marquera l’histoire de la Nation des Tŝilhqot’in et de l’ensemble du Canada. Le 26 mars 2018, nous avons visité le gouvernement du premier ministre. Hier, pour la première fois dans l’histoire du Canada, le premier ministre a visité notre gouvernement. »
Chef Joe Alphonse, président tribal, gouvernement de la Nation des Tŝilhqot’in

Faits saillants

  • Les six chefs de la Nation des Tŝilhqot’in étaient des leaders et des guerriers qui ont agi selon leurs lois et traditions. Ils ont lutté contre le gouvernement colonial de l’époque, un combat qui a mené à leur pendaison en 1864 et en 1865.
  • Aujourd’hui, la Nation des Tŝilhqot’in, y compris les descendants de ces six chefs de guerre, continue à vivre sur le territoire tŝilhqot’in et à en prendre soin. Ils ont poursuivi la lutte pour préserver leur territoire et leur culture. Finalement, la décision historique de la Cour suprême du Canada du 26 juin 2014 a reconnu le titre de propriété autochtone de la Nation des Tŝilhqot’in.
  • Une lettre d’entente entre le Canada et la Nation des Tŝilhqot’in a été signée au mois de janvier 2017, marquant une autre étape vers la réconciliation et la reconnaissance de notre relation de nation à nation.
  • Le gouvernement du Canada est engagé à travailler avec la Nation des Tŝilhqot’in pour répondre aux besoins de ses communautés en matière de logement et d’infrastructures, et il continue de travailler avec la Nation des Tŝilhqot’in dans le cadre d’autres dossiers prioritaires. 

Liens connexes