Main Container

Le premier ministre Justin Trudeau

Main Content

L’honorable Chrystia Freeland

Photo
Chrystia Freeland
Assignment
Vice-première ministre et ministre des Affaires intergouvernementales
Location
University—Rosedale

L’honorable Chrystia Freeland a été élue députée dans Toronto Centre pour la première fois au mois de juillet 2013.

De novembre 2015 à janvier 2017, la ministre Freeland a assumé les fonctions de ministre du Commerce international, s’occupant de la supervision des négociations réussies de l’accord de libre-échange avec l’Union européenne, l’AECG. De 2017 à 2019, elle a assumé les fonctions de ministre des Affaires étrangères.

Journaliste et auteure de renom, la ministre Freeland est née à Peace River, en Alberta. Elle a fait des études à la Harvard University avant de poursuivre ses études en tant que récipiendaire d’une bourse d’étude de la fondation Rhodes à la University of Oxford.

Après avoir commencé sa carrière en journalisme en Ukraine, comme correspondante indépendante du Financial Times, du Washington Post et de The Economist, elle a occupé de nombreux postes au Financial Times. De 1999 à 2001, elle a été rédactrice en chef adjointe du Globe and Mail, avant d’occuper le poste de rédactrice en chef adjointe au Financial Times, puis d’être rédactrice en chef pour les États-Unis.

En 2010, elle s’est jointe à l’agence de presse canadienne Thomson Reuters. Elle travaillait à titre de directrice générale et de rédactrice en chef, Informations consommateurs. Elle a décidé de revenir au pays en 2013 et de se lancer en politique.

Elle est l’auteure de deux ouvrages, Sale of the Century: The Inside Story of the Second Russian Revolution (2000) et Plutocrats: The Rise of the New Global Super-Rich and the Fall of Everyone Else (2012). Cette dernière publication a connu un succès international, raflant le prix Lionel Gelber et le National Business Book Award.

En 2018, le magazine Foreign Policy lui a décerné la distinction de diplomate de l’année et elle a reçu le prix Eric M. Warburg d’Atlantik-Brücke pour son travail de renforcement des liens entre les pays transatlantiques.

La ministre Freeland parle le russe, l’ukrainien, l’italien, le français et l’anglais. Elle habite à Toronto avec son mari et ses trois enfants.