Main Container

logo

Allocution du premier ministre à l’occasion de la Journée nationale de commémoration des victimes de catastrophes aériennes

Main Content

LA VERSION PRONONCÉE FAIT FOI

Merci, Amir. Merci à tous ceux qui sont ici aujourd'hui. Merci Hamed de partager vos paroles et votre force, vos préoccupations et votre passion, et de parler avec autant de force au nom des familles. Merci à tous d’être ici aujourd'hui.

Je suis heureux d’être en compagnie de voix fortes qui sont à vos côtés et assurent le lien avec vous depuis les deux dernières années, qu’on parle de Ralph Goodale, notre représentant spécial, ou des ministres Joly, Alghabra ou Fraser. Ou qu’on parle de députés comme Ali Ehsassi et Majid Jowhari. On a une équipe de gens qui vous accompagnent à travers ces moments difficiles et qui travaillent avec vous pour obtenir la justice, les réponses et le sentiment d’apaisement qui est si important.

Habituellement, le début de janvier est une période où l’on envisage l’année qui vient avec optimisme. Que l’on prévoie retourner à l’école ou au travail, ou qu’on tourne tout simplement une page, c’est une période où l’on repart en neuf. Mais, pour les proches des victimes du vol PS752, le 8 janvier est un jour de douleur, de tristesse, de deuil. Parce que cette même journée il y a deux ans, le Canada a perdu tant de personnes qui faisaient partie de notre pays.

Aujourd'hui, en cette Journée nationale de commémoration des victimes de catastrophes aériennes, et tous les jours, nous nous souvenons de ceux qui ont perdu la vie dans le cadre de tragédies inimaginables. Des tragédies comme le vol 752 d’Ukraine International Airlines, le vol 302 d’Ethiopian Airlines, le vol 182 d’Air India. Des tragédies qui nous ont coûté des sœurs, des frères, des parents, des enfants et des amis. C’était des nouveaux mariés qui rentraient chez eux après des célébrations à l’étranger. C’était des étudiants qui espéraient devenir ingénieurs ou scientifiques, ou qui souhaitaient simplement décrocher leur diplôme d’études secondaires. Des médecins et des enseignants aimés de tous. Des propriétaires de petite entreprise qui redonnaient à leur communauté.

Nous nous souvenons de chacun d’eux.

Aujourd’hui, je pense aux conversations que j’ai eues avec plusieurs des familles et des victimes. Je pense aux histoires que vous m’avez racontées. Je pense à votre force et à votre résilience à travers ces moments extrêmement difficiles. Et je peux vous dire que les Canadiens aussi pensent à vous. Vous n’êtes pas seuls. On est ici pour vous, et on continuera d’aider.   

Que ce soit en honorant la mémoire de vos proches par la création d’un programme de bourses ou en concevant une nouvelle voie menant à la résidence permanente pour certains membres de la famille, on va continuer à vous appuyer. Et aux familles des gens qu’on a perdus lors du vol PS752 et pour qui aujourd'hui est un horrible anniversaire, permettez-moi de vous le dire directement : je vous promets qu’on va toujours continuer de lutter pour obtenir la reddition de comptes, la transparence et la justice que vous méritez.

Le vol PS752 a été abattu à cause de l’insouciance et du mépris complet pour la vie humaine des responsables iraniens. On ne peut pas tolérer cette situation. Maintenant que l’Iran n’a pas respecté le délai fixé pour les négociations, on va recourir énergiquement à d’autres mécanismes pour que des comptes soient rendus et que justice soit faite. Le Canada sera solidaire des membres du Groupe de coordination, qui vont faire front commun, et on n’arrêtera que lorsque l’Iran répondra de ses actes.

En cette Journée nationale de commémoration des victimes de catastrophes aériennes, on rend hommage à ceux qu’on a perdus. On leur rend hommage, et on s’engage à poursuivre notre travail de prévention. Parce que des tragédies comme celles-là ne devraient jamais arriver.

Il est évident qu’aucun pays responsable de l’abattage d’un avion ne devait ensuite être chargé de l’enquête. Ça n’a aucun sens et ça doit changer. Que ce soit en empêchant les avions civils d’être mis en danger ou en prévenant les accidents et les attentats terroristes, on va continuer à travailler pour protéger les gens.

Aux côtés de nos partenaires sur la scène mondiale, le Canada dirige l’Initiative sur la sécurité aérienne afin de rehausser la sûreté et la sécurité du transport aérien dans le monde. De plus, on a mis sur pied un nouveau bureau d’information sur les zones de conflit au sein de Transports Canada, et on prône la mise en œuvre de réformes internationales visant à améliorer les processus et la transparence entourant les enquêtes.

Voici l’essentiel : on fait des progrès en vue de susciter de véritables changements tout en continuant de lutter pour la justice et la reddition de comptes de la part des familles de ceux qu’on a perdus et qui ont été assassinés.

Je sais que ça ne ramènera pas les gens que vous avez perdus et que rien ne saurait apaiser votre douleur.

Mais permettez-moi de vous dire ceci : chaque personne était spéciale et aimée. On ne les oubliera jamais. 

À travers le pays, vos concitoyens canadiens pensent à vous. Ils veulent que vous sachiez que même dans les ténèbres de votre solitude et de votre douleur, de votre désespoir et de votre colère, vous n’êtes jamais seuls parce qu’on reste à vos côtés comme Canadiens et comme pays.

Merci.