Regina (Saskatchewan) - 9 mars 2018

Grâce au budget de 2018, le gouvernement prend des mesures importantes afin que la GRC dispose des outils et des ressources nécessaires pour assurer la force, la sûreté et la sécurité du Canada.

Les investissements décrits ci-après reflètent l’importance des principes d’équité, de diversité et d’inclusion comme la base des opérations et des résultats de toute activité en matière de sûreté et de sécurité.

Intervenir afin de prévenir et d’éliminer la violence, le harcèlement et la discrimination fondés sur le sexe

Chacun d’entre nous joue un rôle essentiel afin de créer des milieux de travail et des communautés libres de discrimination et une société où le harcèlement et la violence fondée sur le sexe ne sont plus tolérés. La violence et le harcèlement peuvent avoir des répercussions sur la santé physique et mentale d’une personne pendant toute sa vie. Ils sont inacceptables, peu importe la personne qu’ils touchent et la forme qu’ils prennent.

Le gouvernement prévoit 86 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2018-2019, et 20 millions de dollars par année par la suite afin d’élargir la Stratégie du Canada pour prévenir et contrer la violence fondée sur le sexe. Plus particulièrement, la GRC reçoit 19 millions de dollars sur cinq ans et 5,8 millions de dollars par an par la suite pour rehausser le soutien du Centre national de coordination contre l'exploitation des enfants, afin d’accroître la capacité de la GRC de mener des enquêtes.

Aborder les cas d’agressions sexuelles « non fondés » et fournir un meilleur soutien aux victimes

L’agression sexuelle est un crime grave qui peut avoir des effets dévastateurs et durables sur les victimes. Le gouvernement est déterminé à veiller à ce que les survivants à des agressions sexuelles ou à la violence fondée sur le sexe soient traités avec la plus grande dignité et le plus grand respect, y compris tout au long des enquêtes policières. En 2017, la GRC a effectué un examen complet de tous les dossiers relatifs à des plaintes pour agression sexuelles qui portaient le code « non fondé ».

Afin de poursuivre ce travail et d’en élargir la portée, le budget de 2018 propose d’accorder à la GRC un financement supplémentaire de 10 millions de dollars sur cinq ans, et de 2 millions chaque année par la suite, afin qu’elle mette en place une unité nationale chargée de coordonner l’examen de près de 25 000 dossiers remontant à 2015, ainsi que de rendre compte des enquêtes menées par la GRC et de superviser l’élaboration d’un programme d’enseignement et de formation qui permettra de traiter les problèmes posés par les cas classés dans la catégorie des allégations non fondées. Un comité consultatif externe et de meilleurs services de soutien feront également partie de cette initiative.

Améliorer la cybersécurité

Le plan du Canada pour la sécurité et la prospérité à l’ère numérique consiste d’abord à instaurer un système fédéral de gouvernance cybernétique solide destiné à protéger les Canadiens, leurs renseignements personnels protégés et nos infrastructures essentielles. À cette fin, le budget de 2018 propose 507,7 millions de dollars sur cinq ans et 108,8 millions de dollars par année par la suite, afin de financer la nouvelle Stratégie nationale de cybersécurité du Canada.

Dans le cadre de ce financement, 201,3 millions de dollars sur cinq ans et 43 millions de dollars par année par la suite seront consacrés à la création de l’Unité nationale de coordination de la lutte contre la cybercriminalité de la GRC et à accroître le nombre des équipes de la GRC chargées de mener des enquêtes fédérales sur la cybercriminalité. Cette unité créera un carrefour de coordination des enquêtes sur les cybercrimes au Canada et travaillera avec des partenaires à l’échelle internationale pour lutter contre la cybercriminalité. De plus, l’Unité établira un mécanisme national de signalement public à l’intention des citoyens et des entreprises du Canada pour le signalement des incidents de cybercriminalité aux organismes d’application de la loi.

Appuyer les opérations de première ligne de la GRC

La GRC a le mandat de préserver la paix, de maintenir la loi, de protéger les Canadiens et de promouvoir la sûreté et la sécurité. La portée des opérations policières de la GRC évolue continuellement afin de répondre à des menaces nouvelles, y compris dans les domaines de la cybercriminalité, du crime grave et organisé et des enquêtes sur la sécurité nationale.

Le budget de 2018 propose d’investir 80 millions de dollars en 2018-2019, afin de renforcer les opérations policières actuelles de la GRC. Ce financement soutient le recrutement et la formation de nouveaux cadets de la GRC pour répondre à la demande de nouveaux agents fédéraux de première ligne au Canada.

Le budget de 2018 propose également d’investir 60,2 millions de dollars sur cinq ans, et 9,5 millions par année par la suite, pour que la GRC procède au renouvellement des systèmes radio dans ses quatre divisions de l’Ontario, du Québec, du Nouveau-Brunswick et de la région de la capitale nationale. Les radios bidirectionnelles jouent un rôle vital pour les agents de police de première ligne. Ces appareils sont toujours les outils de communication les plus disponibles, sécurisés et efficients pour les services de police. Les radios sécurisées sont aussi essentielles au maintien de la sécurité des agents, à l’amélioration de l’interopérabilité avec les autres premiers répondants et, en fin de compte, à la protection des Canadiens.

Prendre des mesures contre les armes à feu et les gangs de rue

Le gouvernement établira l’initiative pour prendre des mesures contre les armes à feu et les gangs de rue, une approche à plusieurs volets dont l’objectif est de lutter contre les activités liées aux armes à feu et aux gangs de rue au Canada. Le budget de 2018 propose de fournir à Sécurité publique Canada, à la GRC et à l’Agence des services frontaliers du Canada un financement de 327,6 millions de dollars sur cinq ans à compter de 2018-2019 et un financement de 100 millions de dollars par année par la suite. Cette initiative, annoncée récemment par le ministre de la Sécurité publique, réunira les efforts fédéraux, provinciaux et territoriaux afin de soutenir les efforts de prévention et d’application de la loi dans les collectivités; de renforcer l’expertise et les ressources fédérales uniques et d’en tirer parti pour faire avancer le renseignement lié au trafic illégal d’armes à feu; et d’investir dans la sécurité des frontières pour interdire les biens illicites, y compris les armes à feu et les drogues. Un financement serait aussi versé à des organisations autochtones afin de contribuer au renforcement de la capacité par l’éducation, la sensibilisation et la recherche, pour répondre aux besoins uniques des communautés et des populations urbaines autochtones.

Soutenir la santé mentale des agents de la GRC

Tous les jours, les agents de la sécurité publique mettent leur sécurité en jeu pour protéger nos communautés. En reconnaissance des sacrifices consentis chaque jour par les agents de la sécurité publique de partout au Canada, le budget de 2018 propose des mesures visant à appuyer la recherche et les traitements liés aux blessures de stress post-traumatique parmi les agents de la sécurité publique, ainsi que pour les soutiens ciblées pour les agents de police fédéraux.

Le budget de 2018 propose 21,4 millions de dollars sur cinq ans pour permettre à la GRC de soutenir les besoins en santé mentale de ses agents. Le gouvernement s’engage à soutenir la santé mentale et la résilience des agents de la GRC pour qu’ils puissent continuer à servir les Canadiens chaque jour.

Le budget de 2018 propose aussi 20 millions de dollars sur cinq ans pour soutenir un nouveau consortium de recherche national constitué des Instituts de recherche en santé du Canada et de l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique, pour remédier aux blessures de stress post-traumatique que subissent les agents de la sécurité publique.

L’accès aux mesures de soutien de la santé mentale peut être particulièrement difficile à obtenir pour les agents de la sécurité publique qui travaillent dans des régions rurales ou éloignées. Une somme supplémentaire de 10 millions de dollars sur cinq ans est proposée dans le budget de 2018 pour permettre à Sécurité publique Canada de collaborer avec l’Institut canadien de recherche et de traitement en sécurité publique en vue d’un projet pilote de thérapie cognitivo-comportementale sur Internet. On cherche ainsi à accorder aux agents de la sécurité publique partout au Canada un meilleur accès aux soins et aux traitements.

Produit connexe