Ottawa (Ontario) - 8 juin 2019

Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd'hui la déclaration suivante à l’occasion de la Journée mondiale des océans :

« Que ce soit l’air que nous respirons, les aliments que nous consommons ou le territoire où nous vivons, la vie sur Terre dépend des océans.

« Lorsque les eaux sont en santé, nous en ressentons les bienfaits. Lorsque nous les négligeons, nous en subissons les conséquences. Les pêches illégales, la pollution et les changements climatiques nuisent aux océans dont nous dépendons pour survivre.

« La Journée mondiale des océans nous rappelle que nous devons en faire plus pour protéger nos océans et nos communautés côtières. Si nous n’agissons pas dès maintenant, nous risquons de perdre plus que ce qu’on peut mesurer dans les laboratoires scientifiques ou les rapports environnementaux. Les changements climatiques sont réels. Les Canadiens et les gens à travers le monde en subissent déjà les conséquences dévastatrices.

« Nos communautés côtières sont les premières à être confrontées aux conséquences du réchauffement planétaire, que ce soit les inondations et les ouragans, la hausse du niveau de la mer et la fonte des glaces marines, ou encore les pertes d’emploi en raison de l’épuisement des stocks de poissons. Le rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (en anglais seulement) publié l’automne dernier ainsi que le récent Rapport sur le climat changeant du Canada font état d’une dure réalité. Si nous voulons protéger les plantes, les animaux et les habitats contre les effets des changements climatiques, nous n’avons pas de temps à perdre.

« Le gouvernement du Canada agit pour préserver et restaurer nos écosystèmes marins. Grâce au Plan de protection des océans, une initiative sans précédent, nous sommes en train d’assurer la sécurité et la propreté de nos eaux et de nos côtes. Nous avons déjà protégé 8 % des aires marines et côtières au pays, alors que moins de 1 % de ces aires étaient protégées en 2015. Nous sommes en voie d’atteindre 10 % d’ici 2020. L’année dernière, nous avons annoncé plus de financement pour protéger les habitats et les sources de nourriture des baleines en danger d’extinction. Grâce à ces fonds, nous nous attaquons également à d’autres facteurs qui menacent la survie des baleines, comme les perturbations sonores et la pollution.

« Sur la scène internationale, le Canada est un chef de file dans ce dossier. Lors de notre présidence du G7 en 2018, nous avons notamment lancé la Charte sur les plastiques dans les océans, à laquelle adhèrent maintenant 21 gouvernements et plus de 60 entreprises et organisations. En novembre dernier, nous avons organisé la Conférence sur l’économie bleue durable conjointement avec le Kenya et le Japon. Nous nous sommes engagés à renforcer les initiatives scientifiques et de recherche, à encourager la collaboration dans le cadre de projets et de partenariats durables, et à mettre les citoyens et l’environnement au cœur du développement international. Nous investissons également 100 millions de dollars pour empêcher les déchets de plastique d’atteindre les océans, éliminer ces déchets sur les côtes et améliorer la gestion des ressources de plastique dans les pays en développement.

« Il revient à chacun d’entre nous de garder nos océans, nos côtes et nos mers en santé. Les petits gestes peuvent faire toute la différence, qu’il soit question d’utiliser moins de sacs de plastique, de choisir des emballages réutilisables ou d’acheter des poissons et fruits de mer durables. Aujourd'hui et tous les jours, faisons notre part pour protéger les océans pour les générations futures. »