Main Container

logo

Déclaration du premier ministre sur le cinquième anniversaire du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation

Main Content

Le premier ministre Justin Trudeau a fait aujourd'hui la déclaration suivante pour marquer le cinquième anniversaire de la publication du rapport final de la Commission de vérité et réconciliation :

« Il y a cinq ans aujourd’hui, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a publié son rapport final. Créée le 1er juin 2008, la Commission avait pour mandat de faire la lumière sur un des chapitres les plus sombres et les plus douloureux de l'histoire du Canada, soit le système des pensionnats indiens, et ses séquelles tragiques dont les répercussions se font sentir encore aujourd’hui.

« Le rapport vise à mobiliser tous les ordres de gouvernement, ainsi que les organisations et les personnes afin de parvenir à des changements concrets au sein de la société canadienne. Il énumère 94 appels à l'action destinés à remédier aux séquelles laissées par ces pensionnats et à faire avancer le processus de réconciliation au Canada.

 « Le gouvernement du Canada a accepté ses responsabilités et ses échecs. Voilà pourquoi il a présenté des excuses aux anciens élèves et a pris des mesures importantes pour mettre en œuvre les recommandations de la Commission.

Nous avons travaillé avec toutes les organisations du gouvernement fédéral et avec nos partenaires. Par conséquent, 80 % des appels à l'action impliquant le gouvernement du Canada sont maintenant terminés ou bien en cours de réalisation. Cela comprend le dépôt d’une loi permettant l’adoption et la mise en œuvre intégrale de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones pour faire avancer le processus conjoint de réconciliation, ainsi que l’adoption de la Loi sur les langues autochtones pour favoriser la revitalisation, le maintien et le renforcement des langues autochtones au Canada.

« Nous avons récemment annoncé un financement de plus de 542 millions de dollars pour favoriser la participation des Premières Nations, des Inuits et des Métis à l’élaboration conjointe de la mise en œuvre de la Loi concernant les enfants, les jeunes et les familles des Premières Nations, des Inuits et des Métis. Ce financement aidera aussi les communautés et les groupes autochtones à renforcer leur capacité de mettre en place leurs propres systèmes de services à l'enfance et à la famille. Ce financement s'ajoute aux 3 milliards de dollars que nous avons déjà investis depuis 2019 pour continuer d’assurer et d’améliorer le soutien financier du gouvernement aux services à l'enfance et à la famille des Premières Nations.

« Nous appliquons le principe de Jordan pour permettre à tous les enfants des Premières Nations vivant au Canada d'avoir accès aux produits, aux services et au soutien nécessaires au moment opportun. En 2019, nous avons mis en place une nouvelle politique et une nouvelle approche de financement pour l’éducation des Premières Nations dans les réserves, qui sont élaborées conjointement avec des représentants des Premières Nations. L'objectif de cette nouvelle approche est de transformer l'éducation des Premières Nations grâce à un financement de base prévisible et plus directement comparable aux systèmes éducatifs provinciaux. Cette nouvelle approche prévoit également la mise en place d'une maternelle à temps plein dans les réserves pour les enfants de quatre et cinq ans, ainsi que le versement de 1 500 $ par élève et par année pour soutenir les programmes linguistiques et culturels. De plus, nous travaillons avec nos partenaires provinciaux, territoriaux et autochtones pour répondre aux enjeux soulevés dans le Rapport final de l'Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et les appels à la justice afin d'élaborer un plan d'action national pour éliminer les causes systémiques de la violence faite aux femmes, aux filles et aux personnes bispirituelles et LGBTQ.

« Nous reconnaissons qu’il reste encore beaucoup de travail à faire. Nous continuerons de travailler en partenariat avec les peuples autochtones, les provinces et les territoires pour mettre en œuvre les appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation. Comme nous l’avons mentionné dans le discours du Trône, le gouvernement est déterminé non seulement à aller de l’avant en mettant fin aux injustices inacceptables auxquelles trop de Canadiens doivent encore faire face, mais également à progresser encore plus rapidement. Cela comprend notamment la lutte contre les inégalités systémiques dans le système de justice pénale, le fait de combler l’écart en matière d’infrastructures dans les communautés autochtones, ainsi que l’établissement d’un cadre législatif qui fera en sorte que les services de police des Premières Nations deviendront un service essentiel.

« Au nom du gouvernement du Canada, j’invite tous les Canadiens à honorer le courage d’anciens élèves et de leurs familles qui ont partagé leurs expériences douloureuses et leurs pertes, et à réfléchir à la façon dont nous devons tous contribuer à la mise en œuvre des appels à l’action et à tracer la voie vers la réconciliation. »