Happy Valley-Goose Bay (Terre-Neuve-et-Labrador) - 24 novembre 2017

Pour répondre aux erreurs historiques et au traumatisme intergénérationnel qui touchent encore de nombreux peuples autochtones, nous devons reconnaître notre histoire, notamment ses chapitres les plus sombres et les plus honteux.

Le premier ministre, Justin Trudeau, a présenté aujourd’hui des excuses aux anciens élèves des pensionnats indiens de Terre-Neuve-et-Labrador, au nom du gouvernement du Canada et de tous les Canadiens. Il a aussi présenté des excuses aux familles, aux proches et aux communautés pour les séquelles douloureuses et tragiques conséquences des pensionnats.

En prononçant ces excuses, le premier ministre Trudeau a reconnu les nombreux enfants innus, inuits et du NunatuKavut qui ont été négligés et abusés, et qui ont souffert des dommages soutenus envers leur culture et leur langue à cause du système des pensionnats. Il a aussi souligné le courage et la force exceptionnels dont les survivants ont fait preuve en racontant ce qu’ils avaient vécu.

Ces excuses constituent un pas critique et nécessaire sur notre cheminement vers la réconciliation. Le gouvernement du Canada continuera de travailler pour renouveler la relation entre les peuples autochtones et non-autochtones, dans l’intérêt de tous.

Citation

« À tous les enfants innus, inuits et du NunatuKavut de Terre-Neuve-et-Labrador qui ont subi de la discrimination, des mauvais traitements, des abus et de la négligence dans les pensionnats : nous sommes désolés. Même si ces excuses longuement attendues n’effaceront pas le mal qui a été fait, nous les présentons pour montrer qu’en tant que gouvernement et en tant que pays, nous acceptons la responsabilité de nos erreurs. Nous partageons l’espoir de tirer des leçons de notre passé et de continuer d’aller de l’avant vers la réconciliation et la guérison. Nous avons le pouvoir d’être meilleurs et de faire mieux. »
— Le très honorable Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Faits saillants

  • Au début du vingtième siècle, la Mission morave et l’Association internationale Grenfell ont mis sur pied des écoles avec des résidences destinées aux enfants autochtones, avec l’appui de la province de Terre-Neuve-et-Labrador. La dernière école a fermé ses portes en 1980.
  • Le 11 juin 2008, au nom du gouvernement du Canada et de tous les Canadiens, le premier ministre de l’époque, Stephen Harper, a pris la parole à la Chambre des communes pour présenter des excuses aux élèves des pensionnats indiens, à leurs familles et à leurs communautés. Ces excuses ne s’adressaient pas aux élèves des pensionnats provinciaux de Terre-Neuve-et-Labrador.
  • Le 28 septembre 2016, la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador a approuvé un règlement négocié prévoyant une compensation pour ceux qui avaient fréquenté des pensionnats à Terre-Neuve-et-Labrador et pour ceux qui avaient subi des abus. Le règlement prévoit aussi des activités de guérison et de commémoration définies par les anciens élèves.
  • Ces excuses donnent aussi suite à l’appel à l’action 29 contenu dans le Rapport final de la Commission de vérité et réconciliation, qui demande au gouvernement fédéral de « travailler en collaboration avec les demandeurs qui ne sont pas visés par la Convention de règlement relative aux pensionnats indiens ».

Produits connexes

Liens connexes